Offre de thèse : Modélisation et étude des phénomènes de séparation et d’impact hydrodynamique secondaire lors du tossage des navires.

Contexte et enjeux

Ces travaux s’inscrivent dans l’objectif global de décrire les chargements hydrodynamiques agissant sur les carènes de navires, et en particulier ceux liés au tossage. Lors de ce phénomène, les parties avant de la carène déjaugent, puis pénètrent violemment le milieu liquide. La toute première phase de pénétration est désormais bien cernée, notamment dans le cadre de la théorie de Wagner (Scolan et Korobkin, 2001, 2010 ; Korobkin, 2004, 2005 ; Tassin et al., 2012). Les phases ultérieures sont souvent plus complexes. En particulier lorsque l'écoulement se sépare et provoque un impact secondaire (Fig. 1). A l’heure actuelle, il n'existe pas de modèle susceptible de capter l’ensemble de ces phénomènes, bien que ceux-ci soient dimensionnants pour les parties supérieures de la carène.

Description des travaux de thèse

L’objectif de la thèse est de mettre au point différents modèles permettant de prédire les chargements hydrodynamiques générés lors d’impacts secondaires. Il sera pour cela nécessaire de rendre compte 1) de la séparation de l’écoulement et 2) des circonstances dans lesquelles l'impact secondaire se produit afin de le modéliser. Pour des configurations bidimensionnelles, le problème pourra être traité très probablement quasi-analytiquement. Pour des configurations tridimensionnelles, le problème se complique considérablement et il sera nécessaire de mettre en œuvre des modèles numériques non-linéaires basés sur la théorie potentielle (méthode des éléments de frontière ou méthode des solutions fondamentales).

Les travaux de modélisation décrits dans le paragraphe précédent doivent permettre de capter la cinématique du fluide suite à la séparation de l’écoulement, et ainsi de déterminer les conditions dans lesquelles va avoir lieu l’impact secondaire (liées en particulier à la courbure de la surface libre et à la vitesse relative du fluide par rapport à la carène). Ces informations serviront à alimenter un modèle d’impact, basé par exemple sur la théorie de Wagner, qui sera développé afin de décrire les chargements hydrodynamiques agissant sur les parties hautes de la carène.

Fig. 1. Illustration des événements survenant du tossage de la carène d’un navire avec bulbe. L’impact primaire de la carène sur le fluide génère un écoulement fortement instationnaire. Le fluide va ensuite se séparer de la carène, puis impacter les parties hautes de celle-ci.

Afin de valider les outils de modélisation qui seront développés durant cette thèse, une campagne d’essais sera réalisée à l’aide de la machine hydraulique d’impact de l’ENSTA Bretagne, installation unique en France. L’objectif de ces essais sera double : tout d’abord de visualiser le phénomène de séparation d’écoulement, et deuxièmement de mesurer les pressions hydrodynamiques lors de l’impact secondaire.

Mots clés

hydrodynamique, tossage, écoulements à surface libre avec séparation, interactions fluide-structure

Profil du candidat souhaité

Nous recherchons une personne ayant de solides connaissances en mécanique des fluides. Une première expérience dans le domaine de la modélisation des écoulements à surface libre et la connaissance d’un langage de programmation seront appréciées.

Le candidat doit être ressortissant de l’Union européenne ou de la Suisse.

 

Contacts

Laboratoire d'accueil : Institut de Recherche Dupuy de Lôme (IRDL - CNRS FRE 3744)

Nicolas JACQUES
e-mail : nicolas.jacques@ensta-bretagne.fr - tel : 02 98 34 89 36

Yves-Marie SCOLAN
e-mail : yves-marie.scolan@ensta-bretagne.fr - tel : 02 98 34 88 91

Aboulghit El Malki Alaoui
e-mail : Aboulghit.EL_MALKI_ALAOUI@ensta-bretagne.fr - tel : 02 98 34 89 62

 

Offre de thèse : Développement de biocomposites à hautes performances élaborés par fabrication additive pour des applications structurelles et morphing

Contexte

 

Figure 1 - Principe de la bio-inspiration (a), déploiement d’un biocomposite hygromorphe après immersion

Le renforcement des matériaux composites par des fibres végétales est en plein essor de recherches académiques et industriels. Leur potentiel en terme de gain mécanique et environnemental est indéniable même si leur sensibilité à l’humidité reste un verrou [1]. Fort de ce constat et suivant une approche de bio-inspiration, les travaux menés au laboratoire depuis 4 ans ont transformé cet inconvénient en avantage [2][3][4][5]. S’inspirant de la microstructure des écailles de pomme de pin (bilame), des biocomposites hygromorphes ou bilame hygroscopiques ont été développé. Ils permettent un déploiement (morphing) déclenché par une variation d’humidité. (Figure 1). En parallèle, la fabrication additive des matériaux composites est en émergence offrant un large panel de possibilités de design.

Cependant, les pièces imprimées souffrent de leurs modestes propriétés mécaniques liées à des problématiques de résistance interlaminaire et de fractions faibles de renforts. Ces derniers se trouvent d’ailleurs principalement sous forme de poudre. Enfin la durabilité en milieu sévère reste une inconnue.

Objectifs

Les objectif des travaux de thèse sont, au travers d’une mise en œuvre par impression 3D, de :

  • Développer des éléments de structures à base de biocomposites élaborées par impression 3D

L’accent sera mis sur les nouvelles méthodes d’impression de fibres continues dont il faudra optimiser le procédé. Les performances instantanés seront testées et validées afin d’établir leur loi de comportement et ainsi permettre le dimensionnement de pièces prototypes (micro-éolien et hydrolien). Des essais en environnement humide seront effectués et les mécanismes de dégradation investigués.

  • Développer des structures hygromorphes élaborées par impression 3D

A partir des propriétés hygro-élastiques et des comportements diffusifs des plis composites, des actionneurs seront conçus, fabriqués et caractérisés. L’accent sera alors mis sur la relation architecture/performance induite/durabilité et sur le développement d’un outil de prédiction du déploiement.

Les filaments de fibres végétales longues n’existant pas encore, la première étape se concentrera sur des matériaux synthétiques servant de référence. La deuxième étape s’orientera sur le développement d’une solution à faible impact environnemental, bio-basée en collaboration avec certains fournisseurs.

Mots clés

fabrication additive, fibres végétales, propriétés mécaniques, morphing

Profil du candidat souhaité

Nous recherchons donc un candidat titulaire d’un Master 2 ou d’un diplôme d’ingénieur avec de solides compétences en mécanique des matériaux polymères et composites (expérimental et numérique). Des compétences en anglais sont également requises. Le candidat devra être curieux, dynamique et polyvalent. Une expérience sur dans le domaine de l’impression 3D serait un plus.

Durée : Le contrat s’étend sur une période de 36 mois à partir de Septembre 2017

Documents à fournir :

  • Lettre de motivation (1 page maximum) avec en particulier le projet professionnel d’après thèse,
  • Attestation du responsable de M2 mentionnant la moyenne de l’écrit, le rang, l’effectif de la promotion,
  • Relevés de notes (licence, M1, diplôme d’ingénieur, diplômes étrangers),
  • Relevé de notes du 1er semestre de M2,
  • Attestation provisoire de M2,
  • Recommandations d’enseignants,
  • CV du candidat (1 page maximum)

 

Contact

Laboratoire d'accueil : Institut de Recherche Dupuy de Lôme (IRDL - CNRS FRE 3744)

Antoine LE DUIGOU : antoine.le-duigou@univ-ubs.fr

 Références :
  1. [1]  Le Duigou A, Bourmaud A, Baley C. In-situ evaluation of flax fibre degradation during water ageing. Ind Crops Prod 2015;70:204–10. doi:10.1016/j.indcrop.2015.03.049.
  2. [2]  Le Duigou A, Castro M, Bevan R, Martin N. 3D printing of wood fibre biocomposites: From mechanical to actuation functionality. Mater Des 2016;96:106–14. doi:10.1016/j.matdes.2016.02.018.
  3. [3]  Le Duigou A, Castro M. Moisture-induced self-shaping flax-reinforced polypropylene biocomposite actuator. Ind Crops Prod 2015;71:1–6. doi:10.1016/j.indcrop.2015.03.077.
  4. [4]  Le Duigou A, Castro M. Evaluation of force generation mechanisms in natural, passive hydraulic actuators. Sci Rep 2016;18105.
  5. [5]  Le Duigou, A., Castro M. Hygromorph BioComposites : Effect of fibre content and interfacial strength on the actuation performances. Ind Crop Prod 2017.

 

 

Offre de thèse : Mise au point de nouveaux biocomposites verts innovants à base de roseau commun phragmite

Applications en Plasturgie et en Eco-construction pour le bâtiment

Contexte

La gestion des zones humides, et en particulier l’entretien des roselières, est un enjeu important pour les collectivités. La Bretagne se situe au quatrième rang des régions françaises avec 1976 hectares dont 915 dans le Morbihan ; ce qui fait du roseau commun phragmite une ressource importante à valoriser. Il s’agit d’une bio-ressource non agricole très disponible sur tout le territoire.

On observe dans l’industrie une forte demande en matières premières bio-sourcées, que ce soit dans le secteur de la plasturgie ou du bâtiment. L’introduction de matériaux alternatifs au bois constitue en particulier une piste d’études intéressante.

Dans le secteur du bâtiment, l'éco-construction peut contribuer à réduire significativement l'empreinte énergétique. L'objectif est de construire ou de rénover des bâtiments en visant des niveaux de performances thermiques et de confort élevés, à coûts maîtrisés, tout en utilisant des matériaux sains, peu consommateurs d'énergie à la fabrication et recyclables, voire compostables ou réemployables en fin de vie. De plus les nouvelles règles constructives pour les bâtiments d’habitation en France imposent une certaine quantité de matériaux bio-sourcés en fonction de la surface habitable.

En plasturgie également, et dans le secteur de l’emballage en particulier, l’intérêt pour les composites biosourcés et/ou recyclables est croissant. Dans un contexte global de lutte contre les déchets, les démarches d’éco-conception sont désormais intégrées à tous les niveaux pour un packaging durable et la mise au point de produits éco conçus à base de matériaux innovants à faible empreinte carbone devient un enjeu majeur. De plus, l'utilisation privilégiée d'éco-matériaux produits localement peut permettre de réduire les impacts environnementaux liés au transport et contribuer à développer l'activité économique locale dans une démarche d'économie circulaire et d’écologie industrielle.

La thèse sera co-construite avec des partenaires industriels: ADEV (36000 Le Blanc, qui développe une filière roseaux en France (process de récolte, logistique, première et seconde transformation) ; RIZHOME (56000 Vannes, Morbihan), qui développe les matériaux bio-sourcés pour le bâtiment, SVITEC (56450 NOYALO), qui est un cabinet d’expertise sur les solutions vertes pour la transition énergétique et Silvadec (56190 Arzal), fabricant de bois composites.

Objectifs

Les travaux de thèse seront organisés en 2 grandes parties :

L’une sur l’incorporation de farines à base de roseau commun phragmite dans des formulations de polymères biosourcés et traditionnels pour des applications en plasturgie

L’autre partie concernera l’exploration de l’utilisation du matériau roseau brut ou de première transformation dans des applications pour le bâtiment (béton de roseau, panneaux, support d’enduits)

Le roseau commun possède des caractéristiques intéressantes : la géométrie des particules de farines peut permettre d’améliorer les propriétés des composites à base de roseau, comparés aux composites bois. Son caractère plus hydrophobe que la majorité des fibres végétales présente de nombreux avantages pour les secteurs du bâtiment et de la plasturgie.

Les bétons de roseau naturel et les composites à base de roseau sont très peu étudiés d’un point de vue scientifique. Aucune entreprise ne commercialise actuellement ces types de matériaux.

Organisation des travaux de recherche

L’équipe encadrante de cette thèse est constituée de Sylvie Pimbert (MCF-HDR, spécialisée en matériaux polymères et composites) et de Thibaut Lecompte (MCF-HDR, IRDL, spécialisé en génie civil et en agro-matériaux pour le bâtiment)

Le doctorant sera essentiellement basé à Lorient dans les locaux de l’IRDL, mais pourra être amené occasionnellement à travailler sur les sites des différents partenaires de l’étude.

L’IRDL (Institut de Recherche Dupuy de Lôme) s’intéresse à toutes les questions liées à l’ingénierie des matériaux et des systèmes utilisés dans les secteurs industriels liés à l’automobile, l’énergie, l’aéronautique, la santé, à la construction et aux transports et plus particulièrement tous les domaines en interaction dynamique avec le milieu marin, telles que la construction navale et offshore et les énergies marines.

Il compte 280 membres dont plus de 100 enseignants-chercheurs, 110 doctorants, 45 ingénieurs, techniciens et administratifs, 12 post-doctorants.

Le spectre des compétences scientifiques et techniques de l’IRDL est très large. Il est structuré en cinq « Pôles Thématiques de Recherche » (PTR) dont le périmètre est fondé sur la cohérence et l’efficacité scientifique : PTR1 >> Composites, PTR2 >> Assemblages, PTR3 >> Structures et interaction, PTR4 >> Systèmes énergétiques et PTR5 >> Durabilité

Il possède un grand nombre d’outils de mise en œuvre (extrusion, mélangeur interne, injection) et de caractérisation des matériaux qui seront nécessaires pour la thèse: MEB, DRX, indentation, nano- indentation, outils de caractérisation mécaniques (banc de fluage dédié, presses classiques, presses rapides, machines à chocs, barres), thermiques (DSC, ATG, DMA), microscopie optique, rhéomètres, ....

Profil du candidat souhaité

Le (la) doctorant(e) aura une solide formation dans le domaine des polymères et/ou des composites et plus spécifiquement en physico-chimie et mécanique. Des notions dans le domaine des matériaux biosourcés et notamment des fibres végétales seront un atout.

Le/la doctorant(e) devra être force de proposition, organisé(e) et avoir un goût certain du travail en laboratoire et de l’expérimentation. Rigueur, enthousiasme volonté et qualités humaines sont également requises.

Une sensibilité au développement durable et aux stratégies d’écologie industrielle et d’économie circulaire serait un plus.

Le/la candidat(e) devra être titulaire d'un Master ou d'un diplôme d’ingénieur.

Sélection du candidat :

  • Elle sera faite par le laboratoire avant le 8 mai 2017
  • Audition au niveau de l’Ecole Doctorale de l’UBL qui aura lieu entre le lundi 15 et le vendredi 19 mai 2017
  • Démarrage début Septembre ou octobre 2017.

Documents à fournir : CV + Lettre de motivation + Lettre de recommandation

 

 

 

Contacts

Laboratoire d'accueil : Institut de Recherche Dupuy de Lôme (IRDL - CNRS FRE 3744)

Sylvie PIMBERT : sylvie.pimbert@univ-ubs.fr

Thibaut LECOMPTE : thibaut.lecompte@univ-ubs.fr

 

Offre de Stage Master1 R&D « Électronique/Mécatronique ou Matériaux »

Mise au point d’un système d’impression 3D multi matières

Objectifs du stage

Cadre du stage :

Dans le cadre d’un projet R&D industriel, le plateau technique ComposiTIC a en charge la mise au point d’un système d’impression 3D multi matière basé sur la technologie FFF (Fused Filament Fabrication). Ce développement fait intervenir des compétences en électronique et programmation basées sur l’environnement Arduino. Une seconde partie de la mission visera à tester et valider l’impression 3D de matières mises au point en interne.

Mission :

L’objectif de ce stage est d’apporter à l’équipe ComposiTIC un soutien technique dans le domaine de la mise au point d’un système d’impression multi matière basé sur un environnement matériel et de programmation de type Arduino. Au cours de ce stage le collaborateur se basera sur le cahier des charges initial afin de mener au mieux la conception matérielle et logicielle du système. Outre la partie électronique ces développements impliqueront l’utilisation de logiciel de CAO et l’impression 3D pour réalisation de pièces pour ce système prototype. Ce travail s’intègre dans un projet plus global et le stagiaire sera intégré dans le projet avec une mission de reporting sur son travail auprès de l’industriel associé.

Profil :

Le stage s’adresse à un(e) étudiant (e) de niveau Master 1 dans le domaine de l’Electronique / Mécatronique ou Matériaux avec une bonne maitrise initiale de l’environnement Arduino/Impression 3D FFF. Une bonne aptitude à la communication au sein d’une équipe et une curiosité scientifique et technique sont des éléments indispensables à la réussite de ce projet.

 

Conditions :

Durée : 12 semaines à partir du 3 Avril 2017
Rémunération : Gratification suivant barème en vigueur
Lieu du stage : Université de Bretagne-Sud / ComposiTIC - 2 Allée Copernic - 56270 Ploemeur
Date limite de candidature : 3 Mars 2017
Contact : CV et Lettre de motivation à adresser à Yves-Marie CORRE (yves-marie.corre@univ-ubs.fr)

Offre de Stage Master2 R&D en éco-construction

Caractérisation mécanique d'éco-matériaux à base de chanvre pour la construction écologique

Contexte

La construction traditionnelle en France utilisait des agroressources, en voie sèche (sans liant). Ces matériaux ont progressivement été délaissés à partir de l'entre-deux guerres, du fait de l’industrialisation progressive du secteur de la construction associée à l'avènement de l'ère du ciment.
 
Les fibres végétales ont progressivement été ré-explorées comme matériau de construction à partir des années 1980, la paille en premier, puis le chanvre à partir des années 1990. Les matériaux à base de fibres naturelles en vrac (paille, chanvre, tournesol…) ont de bas impacts environnementaux tant pour la fabrication que pour la fin de vie, et permettent de construire des bâtiments à basse consommation énergétique.
 
Le chanvre permet d’obtenir 2 matériaux : la chènevotte, qui provient du coeur de la tige, et la laine de chanvre, qui provient de la périphérie de la tige. La chènevotte peut être utilisée seule, en voie sèche, ou en association avec un liant (terre, chaux...), en voie humide.

Objectif du stage

La présente étude est centrée sur la caractérisation du comportement mécanique de la chènevotte seule, appliquée en vrac, en intégrant les variabilités de la matière première, notamment en travaillant sur des chanvres produits à différents endroits du territoire national, par des filières de production locales. L’effet des conditions environnementales dans lesquelles le matériau est susceptible d’être exposé sera également étudié (température, humidité…). Ce stage, à dominante expérimentale, permettra au candidat de travailler au développement d’une expérience de laboratoire, à la réalisation d’essais, et au développement d’une expertise sur les matériaux naturels et écologiques pour la construction. Le terrain a été défriché avec une pré-étude déjà réalisée, qui a permis d’obtenir des résultats satisfaisants. Le stage proposé devrait donc permettre d’obtenir de nombreux résultats et de mener l’étude jusqu’à son aboutissement.

Cadre du stage

Ce stage sera réalisé en collaboration entre l’Université de Bretagne Sud (UBS, laboratoire IRDL), Eco-Pertica et l’Association Nationale des Chanvriers en Circuits Courts.

Lieu et durée

Le stagiaire sera basé à l’IRDL, sur le site de Lorient.

La durée du stage est de 5 à 6 mois, idéalement à partir de mars 2017, en temps plein. Le stage est à destination d'étudiants souhaitant effectuer un stage de M2 recherche ou un projet de fin d’étude (niveau bac+5) en lien avec la construction durable et les écomatériaux.

ECO-PERTICA

ECO-PERTICA est une Société Coopérative d'Intérêt Collectif, située en Normandie, dont les deux activités principales sont :

  1. le conseil et l’accompagnement à l’éco-construction pour les particuliers et collectivités ;
  2. le développement de filières de production d’écomatériaux en filière locale (filière chanvre et filière terre crue).

Contact : Eco-Pertica - Arthur Hellouin de Menibus – responsable R&D : arthur.hdm@ecopertica.com

 

 

IRDL

L’IRDL est un laboratoire d’ingénierie de matériaux, basé à Lorient et Brest, qui travaille depuis de nombreuses années au développement des matériaux biosourcés pour la construction, notamment le chanvre.

UBS – Thibaut Lecompte, Maître de conférences / HdR : thibaut.lecompte@univ-ubs.fr

 

 

Proposition d’un sujet de recherche post doctoral à l’IRDL, PTR3 « Structures et interaction »

1. Contexte et présentation de l'étude

Les structures en matériaux composites sont présentes dans de nombreux domaines : le nautisme, le naval, les transports aérien, ferroviaire, le milieu de l'automobile, mais également dans les loisirs ou le domaine des énergies renouvelables (par exemple les éoliennes). L’intérêt de telles structures est leur légèreté mais également leurs propriétés amortissantes des vibrations, ou encore des effets sonores.

À  l’IRDL, nous avons développé au cours des dernières années des outils de simulation fiables et robustes pour différents types de structures (poutres, plaques ou encore coques de révolution) associés à des matériaux isotropes (structures en matériau élastique ou en composite sandwich acier/polymère/acier, matériaux isotropes). L’étude des vibrations libres de structures sandwich acier/polymère/acier consistait à déterminer les propriétés amortissantes de tôles dont les caractéristiques mécaniques avaient été fournies par un industriel. Puis, ces structures ont été étudiées en vibrations forcées.

Aujourd’hui, nous souhaitons nous orienter vers des structures composées de matériaux composites et plus particulièrement sur des stratifiés à fibres naturelles. Ces composites naturels semblent présentés des propriétés amortissantes intéressantes comparées aux matériaux composites classiques.

 

2. Objet de l'étude

Les travaux de recherches qui seront menés à travers ce post-doc ont pour objet :

  • La programmation des structures composites stratifiés dans un code académique ;
  • La simulation numérique des problèmes de vibrations libres de ces structures, à l’aide de la méthode spécifique déjà utilisée au laboratoire ;
  • L’étude expérimentale de structures à base de fibres de lin ;
  • La simulation numérique des problèmes de vibrations forcées de ces structures.

 

3. Profil recherché

Le candidat, titulaire d'une thèse de doctorat, doit justifier d'une compétence dans la programmation de méthodes numériques (méthode des éléments finis, résolution de problèmes non-linéaires) et dans les matériaux composites.

 

4. Durée - Lieu

10 mois = 01/01/2017 - 30/10/2017 à Lorient

 

5. Salaire mensuel 

2 600 € brut

Contacts : Merci de faire parvenir votre candidature (CV détaillé et lettre de motivation) à : laetitia.duigou@univ-ubs.fr et jean-marc.cadou@univ-ubs.fr

Offre en cours : contrat de post-doctorat

Contrat post-doctoral

Titre : Séchage de produits alimentaires par jets d’air chaud intermittents

Durée : 12 mois à partir du 01/03/2017 -

Dans le cadre d’un projet de recherche « Stratégie d’Attractivité Durable » sur les Domaines d’Innovation Stratégiques : Chaîne alimentaire durable pour des aliments de qualité, financé par la Région Bretagne, l’IRDL propose un contrat post-doctoral.

Mission

L’IRDL est un grand Institut de Recherche pour l’Ingénieur crée au 1er janvier 2016 regroupant le Laboratoire d’Ingénierie des MATériaux de Bretagne (LIMATB EA 4250) de l’UBS & de l’UBO et le Laboratoire Brestois de Mécanique et des Systèmes (LBMS EA 4325) commun à l’ENSTA Bretagne, l’UBO & l’ENIB. L’ambition de l’IRDL est de se positionner, à court terme, comme un des laboratoires leader en France et en Europe dans le domaine des recherches lié à l’ingénierie des matériaux et des systèmes utilisés dans les secteurs industriels de l’automobile, l’énergie, l’aéronautique, la santé, les transports.

Le post-doctorant exercera son activité de recherche au sein du pôle thématique de recherche « Systèmes énergétiques et procédés thermiques » et plus particulièrement au sein de l’équipe spécialisée en génie des procédés et basée à Pontivy (Morbihan). Il sera amené à travailler en collaboration avec l’entreprise CIMS (Sablé-sur-Sarthe) et l’Université de La Rochelle (LaSIE UMR 7356 CNRS). L’objectif du travail sera d’étudier un procédé de séchage émergeant couplant les jets d’air impactants à un séchage dit intermittent. Ce travail devrait aboutir à l’obtention de données de base utiles pour le dimensionnement et la conduite optimale des sécheurs industriels.

 Profil recherché

 Le post-doctorant devra être titulaire d’un doctorat dans la spécialité « énergétique ou génie des procédés ». Il doit obligatoirement être étranger ou avoir passé 12 mois à l’étranger depuis 2013. Les compétences suivantes sont plus particulièrement recherchées :

  • Goût prononcé pour l’expérimentation
  • Procédés
  • Expérience de recherche en transferts thermiques
  • Modélisation (sous Comsol si possible)
  • Rédaction d’articles scientifiques

Le post-doctorant devra être familiarisé avec les notions de base de l’opération unitaire de séchage : mécanismes, équations de transfert de matière et de chaleur, courbes de séchage … Il devra aussi s’impliquer dans la modélisation et les phénomènes de transfert couplés (matière, chaleur) au sein de matériaux poreux. Compte-tenu de la nécessité liée au transfert technologique prévu en fin de projet, une formation initiale d’ingénieur serait un plus

 

Dossier de candidature :

Envoyer les pièces suivantes :

CV incluant les publications et les communications effectuées

Rapports d’activités en recherche (4 à 6 pages)

Lettre de motivation et copie du diplôme de doctorat

Manuscrit de thèse, rapport de soutenance et rapports écrits des rapporteurs

Virginie BOY

Maître de Conférences

Téléphone : 02 97 27 67 70

Mail : virginie.boy@univ-ubs.fr

Postdoctoral position annoucement

Title: Drying of food products by intermittent hot air jets

 The expected starting date: 01/03/2017

Duration: 12 months

 

Mission

IRDL is a large research institute for engineers created on 1 January 2016 among the Laboratoire d’Ingénierie des MATériaux de Bretagne (LIMATB EA 4250) of UBS & of UBO and the Laboratoire Brestois de Mécanique et des Systèmes (LBMS EA 4325) common to ENSTA Bretagne, UBO & ENIB. The ambition of IRDL is to position, in the short term, as one of the laboratories leader in France and in Europe in the field of research linked to materials and systems engineering used in the industrial sectors of car, energy, aeronautics, health, transport.

The candidate will carry out activities within the thematic area of research « Energy systems and heat processes » and more particularly in the team specialized in process engineering and based to Pontivy (Morbihan, Bretagne, France). The candidate will be working closely with the society CIMS (Sablé-sur-Sarthe) and the University of La Rochelle (LaSIE UMR 7356 CNRS). The objective of the work will be to study an emerging drying process combining air jets impingement with an intermittent drying. This work should provide useful basic data for the sizing and the optimal conduct of industrial dryers.

 Profile required

 The candidate should hold a PhD degree in the specialty « Energy or process engineering ». The person must be a foreigner or spent 12 months in a foreign country since 2013. The following skills are more especially sought:

  • Good experimentation skills
  • Processes
  • Research experience in heat transfer
  • Modeling (using Comsol if possible)
  • Writing of scientific papers

 

The candidate should be familiar with basic concepts of the unitary operation of drying: mecanisms, heat and mass transfer equations, drying curves… The person shall also involve in the modeling and coupled transfer phenomena (mass, heat) in porous materials. In view of the need for the technological transfer planned at the end of the project, an initial education of engineers would be much appreciated.

 

Application form :

Send the following documents:

CV including list of publications and conference communications

Research activity report (4 to 6 pages)

Cover letter and copy of PhD diploma

Thesis manuscript, defense thesis report and written reports from reviewers

 

Virginie BOY

Assistant professor

+33 (0)2 97 27 67 70

Mail : virginie.boy@univ-ubs.fr